Contre-Courant n°1 (février 1951)

Au sommaire

Le Pacifisme n’a pas besoin de « savants » (Aurèle Patorni)

On décore, on décore… (Pierre Le Meillour)

Problème de l’école ? Non ! Stratégie de réaction sociale. (Ch.-Aug. Bontemps)

Dans la jungle autoritaire

Faire le point

Les nouvelles pacifistes (Bernard Salmon)

L’anarchisme hier et aujourd’hui (Louis Louvet)

L’idée et le mouvement (André Prunier)

La question agraire (Gaston Brietel)

Libertaires et pacifistes de Roumanie (Eugen Relgis)

Si les hommes étaient intelligents (Jean de Boe)

L’énergie nucléaire (André Maille)

Réflexions sur un départ (Les animateurs de Contre-Courant)

Dans la vitrine du libraire (Peer Lavirgule)

Communiqués divers


La revue indique dans un entrefilet le décès de Jean Marestan :

La mort de Jean Marestan est venue nous surprendre durant le temps où les tracasseries pécuniaires nous obligeaient à suspendre la parution de Contre-courant.

Non seulement nous perdions un ami de vieille date, mais à notre affliction s’ajoutait le regret qu’inspire toujours le départ définitif d’un militant intègre.

L’occasion viendra bientôt de parler de l’auteur de l’Éducation sexuelle, ici, dans une série de « Silhouettes ». Nous ne saurions, cependant, mieux lui rendre hommage qu’en reproduisant, à bref délai, un texte de lui, très peu connu – et même inconnu – que nous avons eu l’occasion de recueillir il y a peu de temps.