L’ère nouvelle n°3 (juillet 1901)
L’eau vive
Article mis en ligne le 14 octobre 2007

par E. Armand
Cœurs altérés, écoutez le Prophète :
Venez, puisez, sans argent et sans prix
Cœurs affamés, cessez vos sombres cris…
Voyez : pour vous, quel beau festin s’apprête !
 
REFRAIN :
Oh venez, buvez à longs traits
Accourez en foule
À flots l’eau vive coule !
Oh ! venez buvez à longs traits
La source ne tarit jamais (bis)
 
Pour apaiser votre soif dévorante
Pourquoi puiser aux citernes sans eau !
De la Croix coule un limpide ruisseau…
Oh ! buvez en l’onde rafraîchissante !
 
Aux fruits amers d’une humaine science
Oui, vous mordez, sans calmer votre faim
Vous semez l’or, vous soupirez en vain !…
Vous succombez loin de toute espérance
 
Paix et repos : tout en vous les réclame ;
Ne cherchez plus dans un monde trompeur
Le baume impur pour guérir votre cœur…
L’Amour du Christ peut seul sauver votre âme.

E. Armand