Où l’on apprend qu’en société libertaire il y a des règles…

jeudi 28 mars 2013
par  Vincent Dubuc

Aujourd’hui un double regret : celui de vous présenter le numéro 93/94 (août/septembre 1963) des Cahiers de l’humanisme libertaire en lieu et place du numéro 92 auquel je n’ai pas accès. Le travail de Leval me semble l’un des plus poussé et j’apprécierai particulièrement toute aide pour compléter cette collection et celle des autres séries qu"il à publié. N’hésitez pas à me contacter à ce sujet

Le second regret est d’ordre plus général et concerne le mouvement dans son ensemble : depuis quand ne sommes-nous plus capable de présenter des revues de cette tenue ? Le contenu des Cahiers peut déplaire, on peut être en désaccord avec Leval… On ne peut pas lui reprocher quoi que ce soit quant à la lisibilité et la clarté de ses idées ni sur son effort permanent pour faire de l’anarchisme une idée qui évolue en s’adaptant aux temps présents.

Je suis peut-être devenu un vieux crabe aigri enfermé dans sa tour d’ivoire et replié sur un passé « mythique », mais j’ai bien l’impression que ce « talent » n’a jamais été remplacé.

Quoi qu’il en soit, bonne lecture.

V. Dubuc


Navigation

Articles de la rubrique

  • Où l’on apprend qu’en société libertaire il y a des règles…