Pour l’autonomie

mercredi 27 mars 2013

L’état actuel des choses montre, que quoi que l’on veuille faire on se trouve en dépendance : le système capitaliste nous tient par les besoins qu’il crée afin d’obtenir en contrepartie encore plus de bénéfices et toujours sur le dos des exploités. L’exemple le plus immédiat qui se présente (et le plus concret) est double ; il comprend une dépendance chronique du point de vue matériel et temps.

En effet dès que l’on entreprend quelque chose (notamment la sortie de tracts, « canards » ou brochures, immédiatement se pose le problème pécunnier quand bien même la main d’œuvre ne manque pas). Pour se procurer le matériel on s’adresse individuellement ou localement aux circuits commerciaux. De plus souvent au-delà de ce problème, on est obligé de se soumettre au bon plaisir et à la dépendance de ces circuits commerciaux du point de vue temps (le problème des monopoles enlève toute possibilité de recours).

À cet état de fait nous pouvons, si nous le voulons, commencer à y remédier (en prenant les circuits commerciaux à leur propre jeu). Pour cela :

  • il s’agirait dans l’immédiat de pouvoir créer un stock de matériel (ramettes, encre, sten) pour que ceci soit possible, chaque individu, chaque groupe devrait faire connaître ses besoins généraux afin de pouvoir bénéficier de tarifs de gros (une sorte de groupement national d’achat).
  • en même temps, le fait de posséder au niveau national ne serait-ce que d’une offset, permettrait de tirer tous les canards, de manière propre et dans les délais convenables (pour peu de frais).

Par la suite la création d’une imprimerie autonome et autogérée se doit d’être envisagée.

Pour mettre au point ces projets, création de deux caisses : caisse stock et caisse imprimerie, nous demandons à tous ceux que cela intéresse de prendre contact. Il est bien entendu que seuls les groupes et individus ayant contribué à la création de ces caisses pourront bénéficier des services procurés par la suite.

Il est important de pouvoir mettre sur pied le stock au plus tard en janvier 1972. Pour cela que tous les camarades intéressés fassent connaître leurs besoins au plus tôt.

JR (Montpellier)

N.B. La préparation de ce projet pourrait se faire par l’intermédiaire du présent bulletin. Mais au préalable il doit être discuté et mis au point pour qu’un plan bien documenté et très cohérent puisse être proposé à tous.

C.T.