Correspondance Individualisme ou anarchisme

, par  Dermogène , popularité : 3%
À Ludovic Canoy


Voulant détruire la contrainte, l’oppression, l’autorité sous toutes leurs formes et n’importe comment elles se manifestent, je me qualifie « anarchiste ».

Pour une foule de raisons énumérées par ceux que tu appelles « théoriciens » de l’anarchisme-individualiste, qui prendraient trop de place à être exposées dans cette réponse et pour celles que je vais donner, je fais suivre le terme « anarchiste » de celui « d’individualiste ».

La contrainte, l’oppression, l’autorité, sont des obstacles à mon développement intégral. Ces sources de souffrances, empêchent mes facultés manuelles et intellectuelles de s’épanouir en pleine liberté et dans le sens où elles désireraient se manifester. D’où il résulte que de la suppression de ces maux, j’obtiendrai « mon bonheur » et partant… celui des autres.

Donc, anarchiste pour un but égoïste, je me crois logique en le faisant suivre du terme « individualiste ».

Les anarchistes de n’importe quelle tendance sont d’accord sur le but à atteindre — quoi que ce soit encore discutable ― mais ils ne le sont sûrement pas sur les moyens pour atteindre ce but.

Eh bien ! justement pour cette raison, la tendance dénommée individualiste préconisant d’autres moyens que les tendances anarchistes-catastrophiques-révolutionnaires, j’estime qu’il est nécessaire de compléter l’étiquette « anarchiste » par un autre terme à seule fin de les différencier et d’éviter les confusions possibles. Sans prétendre à l’infaillibilité, il me semble que le terme « individualiste » pour toutes les raisons énoncées par les « théoriciens » est tout indiqué pour cela et me satisfait.

De même que pour éviter une confusion avec l’individualisme bourgeois — genre Xavier, qui est celui que tu décris — j’estime qu’il est nécessaire de faire précéder le terme « individualiste » par celui « d’anarchiste » puisqu’anti-autoritaire.

Que dirais-tu, si allant chercher un calmant chez un pharmacien qui aurait mal étiqueté ses flacons il te servait par confusion un poison à la place de ce que tu lui aurais demandé ? Je crois que tu la trouverais mauvaise.

Pour une philosophie il en est de même, il est nécessaire que l’étiquette qui la désigne soit complète pour éviter toutes sortes de confusions. En réalité, peu m’importe laquelle, je ne défends pas le terme « individualiste » par parti pris ; si tu peux en trouver un autre qui me satisfasse mieux, je suis prêt à l’adopter.

Je crois assez te connaître pour savoir que tu acceptes la chose, mais que c’est le mot que tu rejettes ; probablement crains-tu que ton anarchisme se confonde avec l’individualisme de Xavier. ta grande intimité avec lui — tellement grande que l’on pourrait vous appeler les « frères siamois » — devrait t’avoir appris que son individualisme n’est que théorique et… en reste là.

Connaissant votre intimité, je me demande si Xavier n’aurait pas écrit son article pour que tu puisses combattre avec plus de force le terme « individualiste » ?

Heureusement, il y a fagot et fagot.

Surtout, si tu me fais une réponse, ne reprends pas à ton compte, l’argument (?) de Xavier « tu ne me connais pas. »

Aussi pour l’éviter, prendrais-je un pseudonyme qui ne te dira peut-être pas qui je suis ; mais certainement il t’indiquera que je te connais.

Dermogène