La Presse Anarchiste
Slogan du site
Descriptif du site
Le Révolté, Ier année, n°1, 22 février 1879
La peine de mort
Article mis en ligne le 26 juin 2011
Visites : 290 - Popularité :
3%
logo imprimer

Tandis que tous les pays civilisés commencent à comprendre que ce n’est pas par la rigueur des codes qu’on parvient à réduire le nombre d’attentats à la vie des membres d’une société ; que c’est la misère avec toutes ses conséquences, qui a toujours été et sera la cause première de tous ces attentats ; tandis que les pays qui ont encore conservé la peine de mort, s’aperçoivent de ses funestes conséquences et cherchent à l’abolir, — en Suisse, nous voyons tout le contraire.

Une poignée de réactionnaires, tremblant dans leur peau à la première nouvelle des meurtres et des incendies qui ont eu lieu dernièrement, comme suite inévitable de l’affreuse crise industrielle que nous traversons depuis quatre ou cinq ans ; une poignée d’hommes, aussi craintifs qu’ignorants, demandent le rétablissement de la peine de mort en Suisse.

Ils font circuler en sourdine des pétitions dans ce sens ; et, soutenus par tout ce qu’il y a de plus réactionnaire, recueillent en silence mille signatures par ci, deux mille par là.

Or, voici quelques lignes qui caractérisent parfaitement ces messieurs :

C’est la Neue Zuger Zeitung, organe des gouvernants du canton, qui a ouvert la campagne.

Voici comment elle s’y prend : Après s’être moquée du dégoût, trop sentimental, d’après elle, que soulèvent les exécutions capitales, la gazette de Zug s’exprime en ces termes :

« Pour l’exécution, vous n’avez nullement besoin du bourreau ; il coûterait trop cher. Des cordes à bon marché se trouvent chaque jour chez les cordiers… Ou bien, donnez ces hommes pour être disséqués vifs, sur les tables de marbre d’un cabinet d’anatomie, en vue d’études scientifiques ; ou, mieux encore, jetez-les aux animaux dans un jardin zoologique. » La prison est pour eux une punition trop faible, « à moins qu’elle ne soit assaisonnée de flagellations régulières, avec le fouet ou des bâtons ».

Voilà qui s’appelle de vrais gouvernants ! Ils veulent faire à eux seuls toutes les fonctions du gouvernement, même celles du bourreau ! Très bien ! Mais ne blaguons plus l’Inquisition et la torture.


Mots-clés associés

Dans la même rubrique

Nous sommes des révoltés
le 26 juin 2011
République et monarchie
le 26 juin 2011
Correspondance
le 26 juin 2011
Correspondance
le 26 juin 2011
Correspondance
le 26 juin 2011

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2