La Presse Anarchiste
Slogan du site
Descriptif du site
La Lanterne Noire n°3 (juin — juillet 1975)
Ravachol pas mort !
Article mis en ligne le 31 mars 2007
Visites : 1637 - Popularité :
2%
logo imprimer
Notre camarade François Claudius Koenigstein vient d’être le héros d’un exploit dont nous ne pouvons que nous réjouir : quatre-vingt-trois ans après sa mort, notre camarade (que nous avions tous pris l’habitude d’appeler Ravachol) a en effet réussi à s’évader du service de neuropathologie de l’hôpital de la Salpêtrière, à Paris, déjouant la vigilance du professeur Escourolle. Celui-ci gardait dans un placard de son laboratoire un bocal où la tête de notre camarade était conservée dans le formol. La demi-tête, plutôt, puisqu’elle fut fendue dans le sens de la hauteur après son exécution, en 1892, afin de permettre l’étude des circonvolutions cérébrales d’un militant révolutionnaire : depuis l’époque, et les lubies du professeur Lombroso, qui rêvait de découvrir le germe de l’anarchie dans les tares congénitales, la « science » officielle n’a guère progressé — n’est-ce pas, messieurs les neurologues qui avez demandé à ouvrir le crâne d’Ulrike Meinhof, il y a 18 mois ?

Saluons donc Ravachol, qui a réussi à s’évader de son bocal, et des griffes du professeur Escourolle. Regrettons simplement que, dans son bref moment de liberté, il ait choisi une si mauvaise compagnie : de louches individus qui, sous prétexte que « c’était sa place », l’ont persuadé de chercher asile… au Panthéon ! Notre camarade, ignorant que la police de Ponia entrait partout, s’est laissé cueillir sans résistance, le 2 avril, au petit matin. Il est actuellement gardé à vue au commissariat du 5e arrondissement.


Dans la même rubrique

Marini
le 31 mars 2007
Liaisons
le 31 mars 2007
Inculpé
le 31 mars 2007
Courrier
le 31 mars 2007
Débat
le 31 mars 2007

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2