Nausées

samedi 10 juillet 2010
par  Brignon (Pierre)

 [1]

Les voilà donc tous ces crétins, ces pédérastes
joueurs d’ocarinas, Lanceurs de serpentins
les voilà donc tous ces guignols, tous ces pantins
qui veulent, jusqu’au bout, nous saoûler de leur faste.

Les voilà donc tous ces bandits des hautes castes
fils de syphilitique et maris de putains,
rombières aux seins mous pétant dans du satin,
gigolos à l’œil torve et modernes Jocastes,

Les voilà donc tous ces produits de pissotières,
vierges de lupanars et riches héritières
invertis, maquereaux et grotesques barnums.

Ah ! laissez-moi vomir sur vos chères « partouzes »
— accouplements de chairs putrides dans la bouse
de vache, — et puis pleurer la honte d’être un homme.

Pierre Brignon.


[1Sonnet pré-existentialiste