Le cas Jaurès

lundi 22 février 2010
par  E. Armand

En voilà du bruit pour rien.

Que voulait-on que fit le chef des socialistes indépendants ? Qu’il empêchât sa fille de faire sa première communion ? Et la liberté, qu’en faites-vous, s’il vous plaît ?

La chose paraîtra risquée, mais je ne vois pas plus Jaurès interdisant à sa fille de faire sa première communion que sa fille trouvant à redire qu’il écrive un article anti-clérical..

Qu’est-ce que ça peut ôter à la valeur d’un homme comme Jaurès ?

Un peu de bon sens ! Vous vous dites partisans inébranlables de l’émancipation féministe et vous ne pouvez supporter que Madame Jaurès pense autrement que son mari ? C’est l’esprit du cléricalisme, cela. Et, noire ou rouge, l’intolérance ne me sourit pas mieux.

La Liberté, toute la liberté, tant qu’elle n’entrave pas celle du prochain, ni moins ni plus que cela !

E. A.