Un peu partout

, popularité : 4%

L’anniversaire de la naissance de Verlaine.

La Fédération Lorraine des Lettres et des Arts a célébré solennellement l’anniversaire de la naissance de Paul Verlaine à Metz, le 30 mars 1844.

Une plaque a été posée sur la maison natale du grand poète, en présence des autorités civiles et militaires. Des discours ont été prononcés et le poète Saint-Georges de Bouhélier a accepté de prendre la parole au nom des amis et disciples de Verlaine.

Ceux qui ont connu Verlaine se souviennent que le doux Lélian quand il était ivre, ce qui lui arrivait trop fréquemment, clamait volontiers la « Revanche » à travers les absinthes.

Pourquoi faut-il qu’une ivresse posthume — celle de la Victoire sanglante — associe à ses fêtes le poète de Sagesse ?

L’art espagnol.

Le 2 avril, au Petit Palais, s’est ouverte une exposition d’art espagnol. C’est une politesse rendue à l’Espagne, qui invita les artistes français, l’an dernier. Nous y contemplerons des Goya, puis des tapisseries, meubles, etc… II y aura concerts et conférences.

Le Livre et l’Image.

La Revue biblio-iconographique Le Livre et l’Image a, après cinq ans, fait sa réapparition le 5 avril.

Le peintre-graveur J.-P. Thibray, qui la dirige, a eu l’heureuse idée d’ouvrir une enquête sur l’Art de demain, à laquelle ont déjà répondu les plus hautes sommités des Arts et des Lettres.

Des documents inédits sur Degas, Georges Cain ; des chroniques sur les ventes et les livres, un hors-texte du regretté Maurice Delcourt, complètent le numéro, que tous les amateurs et artistes voudront se procurer.

Pour tous renseignements, s’adresser, 30, route de Châtillon, Malakoff.

Un nouveau confrère.

Pour paraître le 5 avril 1919, Travail, revue d’enseignement technique et d’études économiques et sociales. Abonnement : 5 fr. par an. Le numéro : 0 fr. 40.

Rédaction et administration : 57, rue des Epinettes Paris (17e.

La jeune poésie.

Dimanche dernier 30 mars, à 3 heures, Salle de l’Office Littéraire, 12 rue de l’Ancienne Comédie, a eu lieu une conférence, par Pierre Berch, sur les « Tendances Sociales de la Jeune Poésie », et le poète Garrigue Garonne, Des extraits de la Chaîne aux Anneaux brisés et poèmes sociaux inédits de Garrigue Garonne ont été récités.

L’exposition Léonard Sarluis

Du 31 mars au 12 avril, de 10 à 5 sauf le dimanche, la Maison Bernheim jeune expose les œuvres du peintre Léonard Sarluis.

Le catalogue est préfacé par le peintre lui-même, qui s’exprime ainsi :

Il y a une vingtaine d’années qu’une des grandes galeries parisiennes donna l’hospitalité à quelques-unes de mes œuvres de jeunesse.

Depuis, ayant reconnu l’insuffisance de mes moyens d’expression en face des idées qui me tiennent à cœur, j’ai travaillé, m’efforçant d’acquérir ce qui me manquait pour réaliser mes rêves et désirs.

Aujourd’hui j’invite le public à l’exposition du produit de mes trois dernières années de labeur ; qu’il soit juge si j’ai enfin réussi à exprimer dignement les sujets que j’ai abordés.

L’art de M. Sarluis, très Tour d’Ivoire, offre un considérable intérêt. À remarquer principalement la Bacchante -vraiment goulue d’amour, Les Dionysiens assez ambigus, ainsi qu’un inquiétant Cupidon. Le Consolateur et la Face de Zeus sont d’un grec assez byzantin.

Qu’on se le dise !

En l’atelier du peintre Yougo-slave Istar (Vorlzopitch), 152, boulevard du Montparnasse, auront lieu. tous les 15 jours quelques exécutions et los littéraires. Y causeront en toute franchise et successivement, sur la littérature française et les littératures étrangères contemporaines, Marcel Sauvage, Frédéric Lefèvre, Tokine, Génold, de Lacaze Duthiers, Wullens, Han Ryner, Banville d’Hostel, Philéas Lebesgue, Gossez… Seront invités dès la première réunion, individuellement ou par la voie de la Presse, tous les artistes sincères qui ne craindront à leur égard ni les louanges ni les critiques ardentes, car tous passeront à l’épluchage ! - La Maison Bernheim-Jeune annonce, pour paraître prochainement : L’Art Moderne et quelques aspects de l’Art d’autrefois, 173 planches en phototypie. Quarante poèmes d’Henri Régnier, de l’Académie Française, et des textes critiques. — Deux tomes in-40.

Tome Ier. – Bonnard, Boudin, Carrière, Cézanne, Chinard, Corot, Courbet, Daumier, Degas, Denis, Gauguin, Van Gogh, le Greco, Guillaumin, Ingres, Jongkind, Maillol et Manet.

Tome II. – Marquet, Henri-Matisse, Monet, Monticelli, Morisot, Picasso, Pissaro, Redon, Renoir, Rodin, Roussel, Seurat, Cross, Signac, Sisley, Toulouse-Lautrec, Vallotton, Vuillard, le Moyen Âge français, la Chine, Rome, la Grèce et l’Égypte.