Glanes, nouvelles, commentaires

samedi 11 juillet 2009

Les 60 ans d'Alexandre Berkman

Nous avons reçu une circulaire nous annonçant l’organisation d’un banquet, à New-York, pour fêter le soixantième anniversaire d’Alexandre Berkman. Je me souviens encore de l’impression que fit sur moi ses Souvenirs d’un anarchiste prisonnier, car, propagandiste par le fait, Berkman passa seize ans de sa jeunesse dans une maison centrale des États-Unis. Plus tard, il fut déporté en Russie, où il fût désillusionné par le régime soviétique. Berkman n’est pas qu’un « attentæ » c’est un homme très cultivé, un des meilleurs théoriciens de l’anarchisme communiste, un esprit ouvert et sa vie peut être donnée en exemple à ceux que découragent les obstacles et les rancœurs. C’est pourquoi des hommes appartenant à toutes les nuances de l’avant-gardisme ont tenu à apporter leur appui àcette manifestation de Leonard D. Abbott, Bolton Hall, Morris Hillquitt, Harry Kelly à E. Malatesta, S. Faure, Max Nettlau, etc., etc. Absent et surchargé de besogne, je n’ai pu écrire en temps voulu pour exprimer aux organisateurs de cette petite fête, comme j’y étais convié, le fraternel intérêt que m’inspire Alexandre Berkman.

E. Armand

Quelques questions au sujet du « R.101 »

Pourquoi a-t-on fait de l’ensevelissement des victimes du R.101, tant en France qu’en Angleterre, une manifestation purement militaire ?

Pourquoi était-il nécessaire que, pendant l’enterrement, deux escadrilles d’avions militaire survolent le cimetière ?

Pourquoi les journaux ont-ils consacré des pages entières à la catastrophe du R.101 et reproduit d’innombrables photos qui y avaient trait, alors qu’ils ont été bien moins prolixes au sujet du nombre quatre fois plus élevé de pêcheurs français qui, à la même époque, tombaient sur le champ de bataille du travail ?

Pourquoi des aviateurs de toutes les nations ont-ils témoigné leur sympathie aux collègues anglais, alors que, placés au service de l’aviation militaire, ils continuent dans tous les pays à se préparer en vue d’une lutte à mort contre leurs collègues étrangers.

Si les paroles de Mac Donald, selon lesquelles la présence du Dr Eckener et du capitaine Von Schiller à l’ensevelissement est une preuve évidente des liens qui unissent les aéronautes de tous les pays, étaient autre chose que des phrases banales et mensongères, pourquoi les « aéronautes de tous les pays » ne cessent-ils pas de servir le militarisme qui, à tout instant, peut les dresser les uns contre les autres ?

(Service de la Presse de la C.I.A.)

Là où la femme domine

Il ne semble pas qu’elle se comporte autrement que les hommes.

À l’intérieur du Pérou, rapporte Le Progrès Civique, une expédition anglaise vient de découvrir une race primitive, les Tahouas, où les femmes constituent l’élément fort.

Chez les Tahouas, c’est le beau sexe qui gouverne et ordonne. L’homme doit obéissance à sa compagne. Un mari, avant d’exécuter un travail pour un des explorateurs, dut demander la permission a son épouse.

Ces amazones se montrèrent d’ailleurs fort aimables envers les étrangers et leur accordèrent la plus large hospitalité. L’autorité dont elles jouissent n’exclut pas chez elles une certaine coquetterie. Elles se peignent le visage en rouge et les bras en noir, se frisent les cheveux sur le front.

Leurs vêtements sont en fibres de feuilles de palmiers, mais, plus elles sont haut placées dans l’échelle sociale et plus elles se déshabillent.

C’est ainsi que les aristocrates tahouas vont presque nues, alors que les femmes du commun sont couvertes des pieds à la tête.

Cette dernière observation est à rapprocher des réflexions émises par le Dr Louis Estève dans ses Épilogues Gymnomystiques.

Le haschich révélateur du subconscient.

Maurice Magre, dans le Mercure de France, cite un livre de M. E. Pascal, paru sous ce titre. On sait que le haschich possède un pouvoir hilarant et qu’il doue d’une extrême suggestibilité celui qui en use jusqu’à l’ivresse. L’autorité du Vieux de la Montagne sur ses disciples était due à ce qu’il les en enivrait avant de leur confier une mission et il profitait de l’état produit pour substituer leur volonté à la sienne.

Mais on n’avait pas encore étudié les effets du chanvre indien au point de vue de la révélation du subconscient. M. Pascal résume des expériences faites sur divers sujets et de leurs résultats, il semblerait que le haschich pourrait devenir un élément capital de la psychanalyse.

Il convient ici de rappeler ce curieux résultat obtenu par le célèbre Krafft-Ebbing :

« Un malade se sentait depuis quelque temps poussé à l’inversion sexuelle. Mais ces tendances restaient refoulées dans le subconscient. Une dose de haschich suffit pour révéler l’obsession au grand jour. Dans l’accès, il se sentit changer de sexe. Je me vis femme — dit-il — du bout des pieds, jusqu’à la poitrine. Mon bassin s’élargissait. — … Le haschich avait joué le rôle de révélateur subconscient. »

Tout cela est à examiner de très près.

Tandis qu'on palabre….. à Genève

Au cours d’une manifestation du « Stahlhelm » (Casque d’acier) allemand qui groupait de 120.000 à 160.000 hommes, l’un des chefs, Seldte, déclara que « c’est sur les sacrifices et les armes que repose la victoire ». Le Comité de la Fédération nationale des anciens combattants de France, qui compte 700.000 membres, a voté ensuite une motion qui qualifie cette manifestation de réponse provocative lancée par les Allemands belliqueux ; cette motion fait appel au gouvernement pour qu’il renforce, « dans l’intérêt de la paix », la puissance de résistance de la France.

Le fasciste Léon Daudet, écrit : « La guerre est certaine et elle est proche ». Le Times parle de « l’inquiétude générale qui s’est accrue en Europe ces derniers mois ».

L’organe principal de l’« Union pour la Force », l’organisation de Pilsudski, écrit : « Notre guerre avec l’Allemagne frappera le monde d’étonnement. Des holocaustes immenses et qui dépassent toute imagination humaine seront nécessaires… »

Au congrès du parti radical français, Bertrand de Jouvenel a déclaré qu’a son avis, dans la situation actuelle, ni la Société des Nations, ni le traité de Locarno, ni le pacte Kellogg ne peuvent empêcher une guerre.

Tandis que, par suite de la crise économique, presque toutes les valeurs diminuent, il existe cependant une remarquable exception, que relève la Frankfurter Zeitung : celle de l’industrie de guerre. Au cours de cette année, les actions des usines de Vickers (Angleterre), de Schneider du Creusot (France) et de Hotchkiss ont monté lentement mais sûrement.

L’industrie anglaise de l’aviation a reçu de l’étranger, pendant ces dernières semaines, des commandes d’avions et de moteurs pour un montant de plusieurs centaines de milliers de livres sterling. Aucun pays n’exporte autant d’avions et de moteurs que l’Angleterre. Parmi ses clients figurent entre autres les gouvernements japonais et français. De même, 8 appareils Handley Page pouvant contenir 40 passagers viennent d’être livrés aux Impérial Airways pour le service à destination des Indes anglaises.

L’artillerie néerlandaise se compose en partie d’anciens canons anglais fabriqués par Vickers, et dont 30 ont été achetés par la Hollande lors de l’armistice.

La Suède exporte actuellement deux fois plus d’armes qu’en 1923.

(Service de la Presse de la C.I.A.).

Raoul Colin gravement blessé.

Un stupide accident a immobilisé notre camarade Raoul Colin, l’animateur du groupe d’études sociales d’Orléans ; Colin était un « dévoué », conciliant et large d’esprit, ami de l’en dehors et qui ne manquait jamais aucune de nos petites réunions de la cité St-Joseph. Très sérieusement blessé, nous espérons néanmoins qu’il parviendra à se remettre de ses blessures et que nous le reverrons rendu à une activité que nous voudrions voir imitée par de nombreux compagnons.