La Presse Anarchiste
Slogan du site
Descriptif du site
Témoins n°24 (septembre 1960)
Automne
Article mis en ligne le 27 janvier 2008

par Samson (Jean-Paul)
Visites : 525 - Popularité :
6%
logo imprimer
Automne, — dire, ah comment le pouvoir encore ?
Quelle saison de la récolte nous t’avons cru et quelle aurore,
Automne russe, octobre rouge, « dix jours qui ébranlèrent le monde »,
Agonie, que rien, nous en tenions la certitude, n’arrêterait plus désormais, de tout ce qui est immonde.
 
Comment, compagnons d’univers, sans remords eût-on douté ? Ici, dans cette grande petite ville d’Occident commerçante et puritaine
Où je vivais et vis encore, et probablement j’y mourrai, ils arrivaient avec leur peine,
Leur fatigue, mais aussi la gaîté qui même chez les vaincus survit au bon combat,
De Munich repris par les Blancs, de la Pologne de Weygand, de Roumanie ou de l’héroïque Buda —
De mon bled à moi c’était plus rare mais il y en avait aussi,
Et dans leurs yeux j’épiais le reflet encore tout récent de Paris.
Dans les petits restaurants moches qui ne servent pas d’alcool,
Ou bien tard dans la nuit chez des copains — Y a un coin pour dormir ? Ça colle —
C’étaient les récits, les engueulades et les rires et l’indéfectible assurance.
« Bien sûr, ça ne marche pas toujours comme on veut, mais quoi, camarades, un peu de patience. »
Je me dois cette justice que chez moi cela n’a pas duré longtemps.
Dès avant la dégénérescence démentielle et le temps
Du mépris avant la lettre : déportations pharaoniques,
Aveux d’innocents, la torture, les balles dans la nuque et les camps d’esclaves et les mensonges de la dialectique,
J’avais, la fibre libertaire ? et puis aussi grâce peut-être,
qu’on me pardonne, à cet esprit — pas lu Hegel — un peu léger qui du moins m’aura sauvé des légèretés du sérieux,
D’avance deviné la honte et claqué la porte du temple en­core neuf des faux dieux.
 
Mais vous, amis, frères plus graves sacrifiés —
Et le plus cher, aujourd’hui encore, reste complice et prison­nier —
Vivants ou morts je vous pleure.
 
Odeur qui suffoques et navres —
Faux automne, fausse récolte — du charnier de notre his­toire et de nos espoirs assassinés plus morts encore que les cadavres.

Mots-clés associés

Dans la même rubrique

Hiver
le 27 janvier 2008
par Samson (Jean-Paul)
Été
le 27 janvier 2008
par Samson (Jean-Paul)
Printemps
le 27 janvier 2008
par Samson (Jean-Paul)
Décembre
le 27 janvier 2008
par Samson (Jean-Paul)
Novembre
le 27 janvier 2008
par Samson (Jean-Paul)

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2