La Presse Anarchiste
Slogan du site
Descriptif du site
Iztok n°3 (mars 1981)
Censure et anarchisme
Article mis en ligne le 7 décembre 2007
Visites : 724 - Popularité :
8%
logo imprimer

Fin
1977, un censeur polonais passé à l’ouest a fait
parvenir au Comité d’Autodéfense Sociale « KOR »
une importante série de documents internes de la censure
polonaise, documents bien entendu secrets. Parmi eux se trouvaient
sept bulletins intitulés « Information sur les textes
saisis » (de mars 1974 à avril 1976) Ces bulletins sont
une compilation d’exemples de textes censurés et ils sont
destinés à guider les censeurs dans leur travail. Le
texte qui suit est la traduction d’un passage sur la censure d’un
article consacré à l’anarchisme.

— O —

Dans
la revue trimestrielle « Études Sociologiques »
(n°2) S. Morawski dans un article intitulé « Essai
sur les caractéristiques de l’idéologie anarchiste »
analysait la « vision du monde anarchiste » et ses rapports
avec le marxisme. On a éliminé par exemple que « les
fils anarchistes constituaient un élément organique de
l’idéologie marxiste et n’en ont jamais été
extirpé » et on a éliminé un fragment
décrivant les controverses entre les marxistes et les
anarchistes dans les années 20 en URSS, dont « seuls
parmi les principaux » révolutionnaires américains
E. Goldman et A. Berkman ont donné la « preuve
bouleversante » :

….
Les titres de leurs livres sont significatifs, après deux ans
de séjour en URSS où ils ont rencontré Lenine et
où ils étaient en contact avec l’élite des
dirigeants. Goldman écrivit sur leurs désenchantements,
Berkman sur le mythe bolchevik. La description des évènements
qui ont provoqué le relâchement des liens et la méfiance
croissante des deux côtés a donné un tome de
l’autobiographie d’Emma Goldman « Living my life » (1931).
Elle se persuada avec Berkman et ses amis politiques russes de la
nécessité provisoire d’un pouvoir centralisé et
même de l’omniprésence des organes de sécurité
mais elle ne peut trouver de justifications à l’arrestation
des SR et des anarchistes, à la censure et pour finir à
la confiscation de l’unique périodique de ces derniers (Golos
Truda
de Moscou). L’insurrection de Cronstadt étouffée
dans le sang — malgré l’interpellation des deux exilés
américains transmise à Lénine — par Trotsky fut
le moment décisif. On en revenait donc aux vieux arguments de
Bakounine — la formation d’un État qui en toutes
circonstances et sous n’importe quel habit dévore les
citoyens, la corruption du pouvoir même si ses intentions
primitives étaient des plus généreuses, la
terreur policière et l’intolérance. La thèse
notoire des anarchistes sur le caractère illusoire des
solutions purement politiques, sur le caractère
contre-révolutionnaire et bureaucratique de la révolution
guidée du sommet était une prémisse de cette
argumentation — sur un ton tragique car les attentes ont été
très profondément déçues.

Information
n° 14

sur
les textes censurés pour la période du 16.VII au 31.VII
1975, édité par le Service Central du Contrôle de
la Presse, des Publications et des Spectacles.

Tiré
de « Czarna ksiega cenzury PRL » tome 2 pp 291—292


Mots-clés associés

Dans la même rubrique

À propos de l’État
le 8 décembre 2007
par Dimitrov
Le rêve
le 8 décembre 2007
par Bejanski (Nicolas)
Yougoslavie
le 8 décembre 2007
par Meraklia
Notes de lecture
le 8 décembre 2007
par Dierzki (Andrei)
Notes de lecture
le 8 décembre 2007
par Asparoukh

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2