Du neuf sous le soleil

Aujourd’hui, le n°4 de Défense de l’Homme , la revue de Louis Lecoin. On y trouve le meilleur comme le pire. Depuis des textes biens écrit, lisibles, aux idées claires jusqu’à des « choses » émises par des littérateurs aimant par dessus tout faire étalage de leur prose de la manière la plus absconte possible. Ceci dit, on retrouve ce travers dans certaines revues actuelles, donc je ne vais pas insister.

Sinon ? Je ne résiste pas au plaisir malsain (et un peu masochiste) d’évoquer l’article de Louis Simon… Louis Simon… Pauvre homme qui ne vécut que pour célébrer sans fin la vie, l’œuvre, les couronnes de laurier et les toges blanches de « beau papa »… j’ai nommé… Han Ryner (prince des conteurs). Louis Simon… je vous laisse imaginer la très grande tristesse qui me prend rien qu’à l’évocation de ce nom (la lassitude aussi)… Louis Simon… qui à force de harceler les rédactions des revues libertaires de son temps à réussi l’inimaginable (et l’impardonnable) : ne pas laisser tomber l’oeuvre de beau papa dans l’oubli…

Mon dégout obsessionel envers tout ce qui a trait au lyrisme en général et à Han Ryner en particulier tourne a la maladie monomaniaque, je vais faire une cure de communisme libertaire pour les prochaines publications avec le retour de Noir & Rouge : du bon gros article, sans fioritures où un chat et un chat et pas un « doulx et mystérieux félin parcourant la lande »… [1]


[1Pour les gens tristes qui se posent la question je n’ai pas vraiment d’hostilité envers Han Ryner, il était un homme de son temps avec le style de son temps, et le style de l’époque était lourd. Il a au moins eut le mérite de se tenir à ses idées et son travail reste intéressant (pour peu qu’on aime ce genre de style). J’ai plus de difficultés avec les lêches-bottes du « grand homme ».


Articles les plus récents

samedi 12 avril 2014
par  Leval (Gaston)

Création et Liberté

Il est deux attitudes de la noblesse humaine, toues deux profondément distinctes, sinon opposées : la contemplation et la création.
La contemplation a un caractère de religiosité cosmique. Elle unit l’homme à l’univers, le fond dans le temps et dans l’espace, le fait se sentir une parcelle du Tout (...)

samedi 12 avril 2014
par  Berthier (Pierre-Valentin)

La vraie science : une élite – Le vrai savoir : une classe

I. — Techniciens et technocrates
À mesure que l’application des découvertes mécaniques a permis au rendement humain d’être plus productif, la société, au lieu de répartir intelligemment le travail utile de manière à en alléger la part de chacun, a multiplié les emplois superflus et s’est encombrée d’un tas (...)

samedi 12 avril 2014
par  Pascal (Georges)

La Force et le Droit

Que la force crée le droit, c’est ce que l’on se refuse ordinairement à admettre. Rousseau a fort bien montré, d’ailleurs, dans Le Contrat Social, que ce prétendu droit du plus fort impliquait une contradiction. Aussi longtemps que je suis le plus fort, en effet, je n’ai aucun besoin d’invoquer le (...)

samedi 12 avril 2014
par  Bontemps (Charles-Auguste)

Évolution ou mutation ?

Le rapport Lyssenko est surtout un pamphlet
Je remarque, dans mon précédent article, une boutade qui, sous sa forme sommaire, prête à confusion. Quand j’ai écrit que s’il était vrai que les caractères acquis fussent transmissibles, les Jivaro à qui on aplatit le front à leur naissance, les Chinoises (...)

samedi 12 avril 2014
par  Vergine (Samuel)

Le fanatisme et la cruauté

La croyance au progrès, qui avait, au début du siècle, remplacé en partie la foi religieuse déclinante, subit à son tour une grave crise de désaffection en notre époque d’indicible confusion, où la connaissance s’avère impuissante à sauver quoi que ce soit et où la science, gravement touchée dans ses (...)