Du neuf sous le soleil

Aujourd’hui, le n°1 de la revue Anti-Patriote Révolutionnaire, éditée (entre autre) par Georges Deherme en 1884, ce qui, en passant, lui ferait commencer sa carrière de propagandiste à 14 ans… (sa biographie indique une naissance supposée en 1870) ce qui me semble très suspect, d’autant plus qu’il est donné comme fréquentant les réunions anarchistes vers ses 16 ans à Marseille et que la revue indique comme adresse le 207 Bd Voltaire à Paris, chez Georges Deherme…

Bref, la biographie du très précoce Deherme est peut-être à revoir. Il n’en reste pas moins que la rédaction de cette revue était emportée par la fougue révolutionnaire d’une jeunesse impétueuse et flamboyante… autrement dit de la dynamite, du vol et du bourgeois pendu par les tripes (avec un peu de larmes versées sur le sort du prolo qui souffre, parce qu’on est pas des monstres). une fois sa puberté achevée, Deherme fut moins titillé par les assauts de ses hormones galopantes et se réfugia dans les bras du mouvement positiviste où, à grands coups de camomille et de tisane à la verveine il put calmer ses ardeurs et envisager à loisir un monde meilleur en compagnie des gens qu’il aurait étripé avec joie 20 ans plus tôt.


Articles les plus récents

samedi 25 octobre 2014
par  Vigné d’Octon (Paul)

À l’étalage du bouquiniste

RENAN DEVANT L’AMOUR, par Nicolas Ségur. — Le centenaire de Renan a fait couler beaucoup d’encre. On a rendu en proses diverses, bonnes, mauvaises ou médiocres, au grand « émancipateur » du xixe siècle l’hommage qu’à mon avis, il méritait. À mon avis également, pires que certains louangeurs à tant la (...)

samedi 25 octobre 2014
par  Vigné d’Octon (Paul)

Han Ryner et son oeuvre

I. Le Romancier Henri Ner
Vers 1892-1893 (cela ne me rajeunit pas), j’étais chargé de la critique littéraire à la Petite République. Un matin, du tas que m’apportait chaque jour le facteur, je retirais un petit livre qui avait pour titre : La folie de misère. Cela était signé Henri Ner, un nom qui (...)

samedi 25 octobre 2014
par  Révolté (une)

L’indépendance féminine

Qu’elle soit révoltée ou anarchiste, qu’elle vive seule ou unie à un compagnon, la femme doit rester femme et rester elle-même. L’indépendance et le besoin d’affection sont nécessaires l’un comme l’autre, à l’âme humaine. Il est parfois difficile de les concilier : je ne pense pas cependant que ce soit (...)

samedi 25 octobre 2014
par  Carantec (G.)

La chanson des filles

De l’amour flotte. Il est minuit. Ohé ! la fille fais nous jaillir la volupté du blanc trottoir. La Ville est comme une épousée, le désir suit son voile d’or. Va ! trime, la fille, Et sois gentille ! Tes rêves tu les fleuriras Avec les roses de tes bras.
Dis donc, Lucy, dis donc, Lucette, (...)

samedi 25 octobre 2014
par  Millet (Marcel)

La Poésie

À Théo VARLET.
La vague fouette et les bigorneaux se hâtent, un peu d’écume luit sur la moire des algues. Petits îlots grenus au flanc du rocher lisse les chapeaux chinois des arapèdes se soulèvent précautionneusement. La crique étroite, avec ses parois où l’on glisse, se vêt d’ombre et se profile moins (...)